extension d’une maison individuelle

Tout ce qu’il faut savoir sur l’extension d’une maison individuelle

Agrandir sa maison en construisant une extension est une meilleure alternative au lieu d’en acheter une autre. Surélévation de toiture, aménagement de garage, cave…, les solutions ne manquent pas en termes d’extension d’une maison. Cet article décrit tout ce qu’il faut retenir sur les travaux d’extension.

Les contraintes et les obligations

L’extension d’une maison est généralement soumise à des contraintes et des obligations légales. Ces dernières sont plus ou moins faciles à suivre pour le propriétaire souhaitant effectuer ce type de travaux. Elles dépendent du lieu de sa résidence et du Plan Local d’Urbanisme (PLU) que la commune met en place. À noter qu’un professionnel du BTP vérifie la faisabilité du projet. Il peut être un artisan, un chef d’entreprise de construction ou encore un architecte diplômé.

À l’issue de cette démarche, le projet pourrait subir certaines modifications. Toutefois, le propriétaire sera rassuré sur la qualité de son extension. En outre, une demande de permis de construire ou une déclaration préalable de travaux doit être déposée auprès de la mairie pour la plupart des projets d’extension de maison. Cette règle ne s’applique pas pour l’aménagement de garage, de combles et de cave à condition que les travaux conservent l’aspect extérieur du logement.

Recourir à un architecte

La loi n’exige pas de faire appel à un architecte pour une extension de maison que lorsque la surface totale de l’habitation dépasse un certain seuil (150 m² et plus). Cependant, les connaissances et les expériences de l’architecte permettent d’éviter des erreurs. Ce professionnel donne des conseils sur la configuration et la distribution des pièces. Il guide également sur les matériaux à privilégier ainsi que sur le type d’extension selon l’architecture et le terrain existant.

Aussi, il informe ce qui est faisable ou non, estime le budget nécessaire et prévient des contraintes dès le début du projet. En plus de cela, il accompagne le propriétaire dans le montage des dossiers des démarches administratives. En outre, le propriétaire fera des économies sur l’achat des matériaux grâce aux relations d’affaires et commerciales de l’architecte. Qui plus est, de par son savoir-faire, l’architecte pourra respecter les délais de réalisation des travaux et diriger le chantier d’une main de maître.

Les autres informations à ne pas oublier

En fonction de son étendue, toute extension de maison doit suivre la réglementation thermique en vigueur RT 2012. Pour obtenir plus d’informations, il est préférable de consulter le site http://vth-group.be/. Cette normalisation exige que pour créer son extension, le propriétaire ne doive pas dépasser 30 % de la surface de sa maison. Par contre, si les travaux devancent 30 % de la taille de l’habitation ou encore les 150 m², le coût additionnel pourrait être très élevé.

Pour cause, un bilan après travaux et une étude énergétique s’imposent aux projets d’extension selon la RT 2012. Afin d’éviter d’engager un bilan thermique et d’installer des accessoires onéreux, il vaut mieux effectuer une extension inférieure à 30 m². Mis à part cela, le propriétaire doit signaler à la mairie l’achèvement des travaux d’extension. Il aura ensuite 90 jours à partir de l’accomplissement de son projet pour déclarer auprès des services fiscaux l’extension de la superficie habitable de sa demeure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *